Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Evénements’ Category

Nouvel an lunaire

affiche Nouvel An 2014
Mardi 4 février, site Descartes, célébration du nouvel an lunaire. Dans son discours d’accueil le président Jacques Samarut évoque les relations et les réalisations de l’ENS de Lyon en Chine, tandis que Christine Cornet, enseignant-chercheur à l’institut d’Asie orientale (IAO), commente l’œuvre graphique de Li Huai, Jaillissement, exposée à la galerie la Librairie. Mais c’est bien le prix Nobel de Littérature, Mo Yan, qui est au centre de cette soirée festive à l’École.

Le Théâtre Kantor est complet. Étudiants, personnels, amis de la Chine, membres de l’IAO, tous sont venus pour écouter Noël Dutrait, l’un des traducteurs de Mo Yan, parler du prix Nobel de littérature. Le professeur de littérature à l’université d’Aix-Marseille commence par s’exprimer en mandarin et souhaite une bonne année du cheval à tous les étudiants et amis chinois présents dans la salle. Il évoque ensuite la vie de cet écrivain chinois qui, de son enfance pauvre, avait surtout retenu que quand on était riche et célèbre, on pouvait manger des raviolis tous les jours et non pas deux fois par an. C’est pour ça qu’il avait décidé d’être célèbre…

Pour lui, Mo Yan est un auteur truculent et proche du peuple, dans la même veine que Rabelais ou San Antonio. Traduire ses œuvres nécessite un vrai travail d’imprégnation et une dose d’audace parfois. Le titre Beaux seins, belles fesses est l’une de ses trouvailles, avec l’aide de sa femme Liliane. Signalons que Noël Dutrait a pour particularité d’avoir traduit les deux Prix Nobel de littérature chinois : Gao Xingjian, qui l’a obtenu en 2000, et Mo Yan, en 2012. Marie Laureillard, membre de l’IAO et organisatrice de cette soirée chinoise à l’ENS de Lyon, a également traduit des œuvres de Mo Yan.

Après un buffet convivial et fort goûteux, les invités retournent en théâtre Kantor pour regarder le film Le sorgho rouge, du réalisateur Zhang Yimou, tiré du roman Le clan du sorgho de Mo Yan.

Rendez vous l’année prochaine !

@ ENS de Lyon

Read Full Post »

L’Institut d’Asie Orientale accueillera les 3-4 mars 2014 le workshop « The great transformation: modern industry and trade in postwar and post-1949 Shanghai”. Cette rencontre scientifique est organisée conjointement par FENG Xiaocai (ECNU) et Christian HENRIOT (IAO – Université de Lyon) dans le cadre du centre de recherche conjoint JORRIS établi par l’ECNU et l’ENS de Lyon. Le programme de cette manifestation sera rendu public le 16 février 2014. Elle est ouverte à tous les publics.

 

ShanghaiPowerPlant

Read Full Post »

Mardi 26 novembre 2013 à 17h, salle F106, Site Descartes, ENS de Lyon. Projection du film The Crying Woman (哭泣的女人), réalisé par Liu Binjian (刘冰鉴) en 2002. Suivi d’un débat animé par Paul G. Pickowicz, Professor of History and Chinese Studies, University of California. film_crywomanEntrée libre.
[Plus infos sur le film]

Read Full Post »

Le Wenhuibao (文汇报) a publié le 13 juillet 2013 une longue interview de Christian Henriot (安克强) par la journaliste Ren Siwen (任 思 蕴) sur les recherches historiques sur Shanghai, les technologies numériques et l’utilisation des SIG en histoire. L’entretien (en chinois), intitulé «地理 信息 系统 是 关涉到 想象力 的 技术 » (Les SIG sont une technologie qui concerne l’imagination) est paru dans la rubrique «Wenhui Scholars» (文汇 学 人)  du journal. Le Wenhuibao est un quotidien général fondé en 1937. Propriétaire de plusieurs titres, c’est actuellement le plus grand groupe de presse chinois et il dispose de la plus grande circulation  dans la région de Shanghai.

Read Full Post »

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa « vu du ciel et de la mer » offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.

Read Full Post »

21 juin 2013 : Ouverture officielle du carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam » sur Hypothese.org.

Le carnet de recherche « Femmes & Guerres au Viêt-Nam, expériences transnationales » est dédié à la connais­sance des phé­no­mè­nes des guer­res et de leur rela­tion au genre à partir de l’exemple vietnamien. Qu’elles soient actrices, victimes, engagées ou non concernées, les femmes et leur positionnement social dans le phénomène guerre nous paraît intéressant à étudier à plus d’un titre.

Outre son objectif principal d’outil accompagnant notre recherche, ce carnet pro­po­se aux chercheur-e-s et visi­teurs une docu­men­ta­tion textuelle, iconographique, audiovisuelle en ligne, riche et variée, et une réflexion sur la thé­ma­ti­que plus générale « des femmes et des guer­res » et de leurs expériences croisées de la guerre.

Toute contribution scientifique est bienvenue.

Lien : http://guerillera.hypotheses.org/

Ecran_Femmes&GuerresVietNam

Read Full Post »

L’INSHS a organisé à Paris, à l’espace Charenton, le premier salon de l’innovation en Sciences humaines et sociales les 16-17 mai 3013. Plus d’une cinquantaine de projets ont été exposés, choisis parmi 170 propositions.

L’application de réalité virtuelle iVS (Immersive Virtual Shanghai) faisait partie des projets retenus. iVS était l’un des deux seuls « cubes » d’immersion virtuelle avec celui proposé dans le domaine musical (Le Cubiculum musicae : une expérience visuelle et sonore
de la Renaissance) par le CESR de Tours. Gérald Foliot, Christian Henriot et Feng Yi ont assuré pendant deux journées les démonstrations de l’utilisation d »iVS.

La salon a reçu environ un millier de visiteurs qui ont parcouru les différents stands. iVS a reçu la visite de Patrice Bourdelais, directeur de l’INSHS et d’Alain Fuchs, directeur général du CNRS, de même que celle Peter Wirtz, vice-président Recherche de l’université Lyon 3.

Dans cette édition d’iVS, outre l’application coeur sur Shanghai, la plateforme accueillait aussi Paris à travers le travail considérable de cartographie historique réalisé par Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon, sur la capitale du 19e siècle à nos jours.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Read Full Post »

Older Posts »